Section de Saint Gély du Fesc
Là où il y a une volonté, il existe un chemin.

31 octobre 2012

Gilles Frontin : « Le SCOT du Grand Pic Saint Loup est un désaveu cinglant…. »

Filed under: Non classé — saintgely @ 16:06

Le Schéma de Cohérence Territorial du Grand Pic Saint Loup est au cœur de l’actualité. Il s’agit d’un document stratégique qui fixe les grandes orientations d’urbanisme et d’aménagement du territoire. Le SCOT décline à l’échelle de notre territoire le Grenelle de l’environnement.

 

Le projet élaboré par la communauté de communes a mis en lumière une série d’erreurs de la majorité municipale.

Ainsi ses représentants n’ont jamais su peser au sein de l’instance communautaire. N’ont-ils pas accepté sans réagir des subventions dérisoires et le rejet du projet de piscine près du Lycée Jean Jaurès. Lors de la discussion sur le SCOT, à aucun moment, les délégués saint-gillois n’ont émis de réserves sur le projet et l’avis final de la commune est même arrivé hors délais !

Par ailleurs le SCOT constitue un désaveu cinglant de la politique menée depuis trois mandats en matière d’urbanisme. En effet il pointe du doigt, sur notre commune, le déficit en logements locatifs accessibles, le manque d’habitats collectifs, le peu de projets en accession à la propriété…Tout cela doit être comblé par les prochains programmes de construction.

Lors du dernier conseil municipal la majorité avait fait part de sa volonté de téléguider une association visant à mettre à bas le SCOT. Cette association s’est invitée dans le débat. Nous déplorons cette manipulation grossière destinée à masquer l’incurie de la majorité. Le sujet aurait mérité un débat constructif.

Il convient de garder sa sérénité et d’apporter des réponses réfléchies. Si le préfet valide le projet, il sera révisable en 2016, ce qui permettra à tous les acteurs de formuler des propositions concrètes.

Pour l’heure, nous continuons à réclamer l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme, outil qui pouvait interdire les projets de densification en cours ne respectant pas des règles élémentaires d’urbanisme. Nous l’attendons depuis 10 ans…

Triste bilan.

Parking de Fontgrande : un gâchis dénoncé par Gilles Frontin

Filed under: Non classé — saintgely @ 16:03

Le parc de Fontgrande illustre malheureusement le déficit de prospective, la gestion financière hasardeuse et le manque de concertation de la majorité en matière d’aménagement urbain, qui, par ailleurs, au lieu de préserver ce poumon vert de la commune s’est acharnée à le dégrader et donc à détériorer notre cadre de vie.

 

Au bout de dix-sept ans d’exercice du pouvoir, la majorité invoque la nécessité de créer des stationnements en centre-ville ! Contrairement à ce qu’elle annonce, le Schéma de Cohérence Territoriale du Pic Saint Loup ne prévoit pas de parking à cet endroit. Ce serait d’ailleurs absurde ! Pour favoriser les transports en commun et limiter le trafic intra-urbain, nous avons besoin de parkings en périphérie. Voilà les préconisations de la communauté de communes.

 

• Ce projet révèle également la désinvolture avec laquelle la majorité gère les deniers publics.  Pour un gain de 3 ou 4 places de stationnement tout au plus, le coût s’élève à environ 200000€. S’y ajoute le coût exorbitant (75000€) de l’installation de sanitaires dans le parc. Le bâtiment de la police municipale rasé avant l’été aurait pu être réhabilité et utilisé à cet effet. Il aurait également été judicieux d’y réserver une salle pour les assistantes maternelles qui fréquentent régulièrement  le parc.

 

• Enfin, l’association de défense du parc avait déposé avant l’été un recours gracieux. Par courrier du 6 juillet, la majorité lui en signifiait l’étude. Pourtant le 20 juillet, les tractopelles entraient en action. Nos élus majoritaires confirment ainsi leur goût pour une concertation de façade. Ils n’ont eu que mépris pour les propositions concrètes formulées par les opposants au projet qui n’ont même pas été examinées. Nous avions également préconisé une réflexion globale sur le centre-ville qui n’a pas plus obtenu d’écho.

Le projet de Fontgrande n’a donc pas été abandonné. Il sera achevé en fin d’année…

14 décembre 2010

Gilles Frontin demande un plan pluriannuel de réfection des voiries

Filed under: Non classé — saintgely @ 16:18

Nous demandons depuis le début du mandat comme d’ailleurs nos prédécesseurs l’avaient fait, que la commune se dote d’un plan pluriannuel de réfection des voiries. La majorité a adopté ce vocabulaire et le reprend volontiers dans ses propos et ses écrits. Voilà un progrès que nous saluerions si, dans  les faits, existait une véritable prospective en la matière.

Curieusement, le diagnostic du plan local d’urbanisme n’a fait apparaître aucun problème ! Ce qui est pour le moins surprenant… surtout si l’on tient compte au-delà de la chaussée, de l’état des trottoirs dans certains secteurs et de la réalisation des pistes cyclables sans continuité ni cohérence.

Chacun peut se rendre compte en traversant Saint-Gély que certaines voies sont laissées à l’abandon et que d’autres sont rénovées au coup par coup. Ainsi la rue de Valène a été refaite …à moitié pendant que celle de la Rompude qui lui est perpendiculaire demeure dans un état indigne en dépit de sa forte fréquentation. De plus les sorties d’école y font transiter beaucoup de piétons sur des trottoirs minuscules ! Un problème de sécurité qui devrait interpeller la majorité. Citons également la rue des érables, devenue une artère fréquentée de notre commune et qui n’a connu depuis 20 ans que peu d’aménagement.

Alors faisons des propositions concrètes et avançons une démarche de travail :

-         Se saisir de la période consacrée à la procédure PLU pour faire un diagnostic de la voirie,

-         Définir des critères de priorités (sécurité, fréquentation, développement économique…),

-         Consulter la population,

-         Hiérarchiser les besoins par secteur puis par rue,

-         Présenter ce travail à la population,

-         Définir le plan pluriannuel.

Un tel processus permettra de prendre en compte les remarques et souhaits de la population. Nous souhaitons  y être associés et faire des propositions concrètes.

24 juin 2010

La vidéo surveillance par ML

Filed under: La vie locale — saintgely @ 6:04
video.JPG

Les « pour » l’appellent vidéo protection, les « contre » vidéosurveillance. Quoi qu’il en soit, ce sont 19 caméras, réparties sur 8 zones, qui filment depuis un mois environ, 24h/24, les principaux espaces publics de la ville.

Pourquoi ? Essentiellement pour lutter contre la petite délinquance (les dégradations de biens publics coutent chaque année 30 000 € aux contribuables) et le tapage nocturne selon le maire, Georges Vincent, qui a rendu visite à d’autres communes avant de prendre sa décision, et constaté l’effet dissuasif de ce type d’équipement, qui permet par ailleurs d’élucider un certain nombre de délits.

Comment ? Les 19 caméras filment en continu et à 380° les zones sur lesquelles elles sont installées, masquant automatiquement tout espace privé qui entrerait dans leur champ. Les images sont stockées dans une salle disposant de quatre écrans et sont conservées pendant une semaine; des écrans devant lesquels il est possible de poster un agent, ce qui n’est cependant pas à l’ordre du jour, excepté pour des évènements importants, tels la fête locale (un test a été fait à l’occasion de la mini-féria début mai). Le local est protégé par un code d’accès, détenu par le maire, le directeur général des services et le chef de la police municipale, police municipale qui pourra désormais être redéployée sur des secteurs non « vidéo surveillés », pour une meilleure efficacité des tournées aléatoires qu’elle effectuait déjà.

Combien ça coute ? 165 000 € au total, 60% pour l’équipement, 40% pour l’installation, et 15 000 € annuels de maintenance. Alors que le ministère de l’intérieur annonce dans un récent communiqué financer en moyenne 40% de l’investissement des communes, Saint-Gély a reçu à ce jour (une demande de subvention complémentaire a été demandée) 20 000 €.

L’Etat ferait-il le jeu des oppositions municipales ? De Gilles Frontin, pas hostile a priori au principe mais trouvant le dispositif exagéré au regard de la sociologie de la population et des incivilités constatées ? De Jean-Marie Lalande, plus radical, qui refuse catégoriquement le recours à de tels procédés, leur préférant une présence humaine renforcée ? Des oppositions qui, si elles divergent sur certains points, sont unanimes pour condamner le manque de concertation avec la population, l’absence totale de débat en conseil municipal, et un déficit de politique en faveur de la jeunesse ?

Devant le fait accompli, Gilles Frontin ajoute qu’il souhaiterait, a minima, que l’accès aux images soit mieux contrôlé, et pourquoi pas confié à un citoyen assermenté, comme cela se fait déjà dans d’autres communes.

Et après ? Georges Vincent n’envisage pas pour l’instant de poster en permanence des agents derrière les écrans, mais n’exclut pas de renforcer le réseau de caméras si cela s’avérait nécessaire, estimant que « la tranquillité des Saint-Gillois n’a pas de prix ».

P1120513-.jpgEt s’il faudra sans doute attendre plusieurs mois pour commencer à mesurer l’efficacité de ce nouveau dispositif, ses détracteurs n’ont pas tardé à se manifester, une banderole affichant « souriez, vous êtes filmez » ayant été déployée à l’entrée de la ville durant le week-end de Pentecôte, ses auteurs semblant visiblement plus attachés à la polémique qu’au Bescherelle…

18 mars 2009

Monsieur le maire, de la rigueur !

Filed under: La vie locale — saintgely @ 11:27

Lors du conseil municipal du 18 décembre 2008, Monsieur le Maire a demandé à l’assemblée de lancer une procédure d’appel d’offres concernant la nouvelle gendarmerie. Le groupe Saint Gély en Action a approuvé la démarche. Notre commune, cité centrale de notre territoire héberge ainsi un service essentiel.

Nous avons été surpris de voir ce point à l’ordre du jour en fin d’année, alors que tous les maires savent pertinemment que la loi imposait que les marchés de gendarmerie soient attribués avant le 31 décembre 2008.

Conséquences : un appel d’offre précipité, puisque les entreprises ne disposaient que de 10 jours entre la publicité du marché et la date limite du dépôt des candidatures. Or, ce genre de dossier nécessite un délai de réponse d’au moins trente jours… Il était donc prévisible que l’appel d’offre ne puisse donner  satisfaction. Par manque d’anticipation, la majorité a pris le risque de condamner ce projet. Heureusement, en fin d’année, le législateur a reconduit cette procédure jusqu’au 31 décembre 2009.

L’établissement d’un projet d’urbanisme et d’équipements cohérent avec l’évolution démographique de notre cité  doit être réfléchi non sur un  mandat comme le fait la majorité municipale pour des raisons électorales mais sur un horizon à 2025 voire 2030 comme nous le réclamons. Le manque d’anticipation génère de façon irréversible des décisions malvenues.

Alors quid de ce projet ? Il sera accueilli sur la seule parcelle municipale constructible de Saint Gély. (à coté du pont des Verriès) Cet équipement ne représente qu’un tiers de sa capacité constructible. Dés lors, nous espérons qu’un projet immobilier pourra y être développé pour renforcer la mixité sociale et générationnelle sur notre commune !

Nous sommes donc dans l’attente de l’avant projet  réalisé par le service urbanisme de la commune afin de mieux border l’appel d’offres et de réussir l’intégration de ces nouvelles constructions.

Page suivante »

Plate-forme de blogs du Parti socialiste | Propulsé par Wordress Mu | Articles (RSS) et Commentaires (RSS)
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons Creative Commons